• Anna Levy Bencheton

Maman j'ai peur ...




Comme toutes les mamans, tu as dû être déjà confrontée à la peur de ton enfant au moment du coucher... Peur du noir, peur des monstres, peur des cauchemars, peur d'être seul...

Le moment du coucher est un moment particulièrement angoissant pour nos touts petits. C'est un moment de transition, où le corps doit "couper" avec ce qu'il a vécu dans la journée, et se détendre, pour pouvoir s'endormir, et commencer la deuxième partie importante de sa journée, la nuit.

Car la nuit n'est pas une pause dans nos journées, mais bien un moment à part entière, qui permet au cerveau d'intégrer, de trier, de ranger, d'apprendre, tout ce que nous avons vécu et expérimenter pendant le jour. C'est un moment essentiel dans notre vie, indispensable.


Il est donc important pour nous parents, ou accompagnants, de garantir un endormissement et un sommeil de qualité à nos enfants, pour leur bien être physique et psychique.

Mais nous nous retrouvons souvent devant des difficultés de taille, lorsque notre enfant refuse d'aller se coucher, n'arrive pas à s'endormir, ou se réveille dans la nuit, et recherche notre présence.

La nuit a toujours été depuis la nuit des temps, un moment dangereux pour les hommes. Bêtes sauvages, esprits, peuplent ces moments où l'homme se protégeait au coin du feu. Nous sommes déconnectés de cela aujourd'hui, du fait de notre confort et de notre sécurité matérielle, mais notre génétique n'a pas changé.


La nuit est un moment angoissant pour beaucoup d'entre nous, et surtout nos enfants. C'est à ce moment que peuvent resurgir des angoisses, des frustrations vécues dans la journée, qui n'ont pas été accueillies par les adultes entourant l'enfant, et qui sont restée tapies dans l'ombre de sa conscience, pour ressortir comme des "monstres" au moment du coucher.


Les angoisses exprimées par l'enfant sont donc bien réelles pour lui, et il ne s'agit pas de les minimiser, mais d'en discuter avec lui pour comprendre, ou parfois tout simplement accueillir avec empathie sans comprendre, ce qui soulagera l'enfant, et lui apportera confort et écoute attentive. Car nous ne pouvons pas toujours comprendre ! Comprendre avec le cœur est plus soutenant pour l'enfant que comprendre avec la tête !


La patience est essentielle dans ces moments là, et elle nous fait parfois défaut après nos longues journées. Se reconnecter aux besoins de l'enfant, garder notre focus sur ce qu'il ressent, peut permettre de se placer dans une position d'écoute plus facile pour nous.

L'angoisse exprimée est de taille pour l'enfant, il ne nous demande pas notre aide pour rien, nous sommes son "phare dans la nuit", "son étoile du berger".


Récemment, mon fils de 5 ans m'avait confié, lors d'un échange intime "rien que tous les deux", qu'il avait peur de s'endormir car lorsqu'il fermait les yeux, il voyait un ogre. "Ah bon, lui répondis je!"

Cet ogre qui l'attaquait, venait d'un cauchemar particulièrement terrifiant qu'il avait fait longtemps avant, et qui le poursuivait encore. Cet ogre, muni d'une fourchette en acier, le piquait au ventre pour le manger. Imaginez dans vos pires cauchemars un rêve comme celui ci, il y a de quoi paniquer !

Par la suite, à chaque fois que mon fils était un peu fatigué de sa journée, ou avait vécu des épisodes frustrants, l'ogre revenait peupler son esprit au moment du coucher, comme si ses vieux démons revivaient.


Dans ces cas là, plusieurs techniques peuvent être utilisées :

La gratitude au moment du coucher est un excellent réflexe à travailler chez nos petits hommes. Au fur et à mesure de l'entrainement, Ils prennent cette bonne habitude, et le cerveau très plastique fait cet exercice de manière automatique.

Il s'agit de se remémorer les bons moments vécus dans la journée, de se les raconter, et de les revivre. Le cerveau ne faisant pas la distinction entre un moment imaginé ou vécu, il se produit immédiatement une décharge hormonale d’ocytocine, très agréable et relaxante. Cet exercice améliore le sommeil et les angoisses.

Au début, votre enfant ne saura peut être pas retrouver des moments dans la journée, et vous dira "je ne sais pas". Parlez lui de vos moments à vous (au passage, cela vous fera aussi du bien :)) et au fur et à mesure, ce sera de plus en plus facile pour lui.

Vous pouvez utiliser des jeux comme celui ci comme base si vous voulez être inspiré !

https://www.littlemenina.com/produit/jeu-mes-petits-bonheurs/


Un autre exercice consiste à appliquer des techniques de sophrologie, respiration, et d'autres techniques comme l'EFT (Emotional Freedom Techniques).


J'en parlais ici dans cette vidéo extraite de la formation "Semons les graines de demain". https://bit.ly/2FiHKxB

Vous pouvez visionner cette vidéo gratuitement !


Hier soir, mon fils n'arrivait pas à s'endormir, et lorsque je suis descendu le voir pour la deuxième fois, il m'a parlé de "son ogre". Je l'ai câliné, réconforté, mais cela ne suffisait pas.

Savez vous ce qu'il m'a alors demandé ? "Maman, on fait les points magiques?" Il me parlait de l'EFT, que nous avons déjà travaillé tous les deux.

Qu'il me demande à 5 ans, de faire cette technique m'a énormément fait plaisir, et a entraîne une vague d'amour en moi, car je me suis dit qu'il avait une maturité affective énorme, qui lui permettait de prendre du recul par rapport à la situation, et de trouver une solution intéressante pour y pallier ! Quelle belle autonomie ! Je me suis sentie heureuse de lui avoir transmis cet outil !


Alors si vous voulez vous aussi transmettre des outils de gestion des émotions à vos enfants, poursuivons l'aventure ensemble !

  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook Social Icône

© 2023 by Urban Farming Forum. Proudly created with Wix.com